jeudi 25 juin 2009

"How much of you disappear when (a) person goes ?"



Quote of the day

"Love should be full of suspense"*


Je ne fréquente pas beaucoup les salles de cinéma en ce moment.. Peut-être parce que c'était un plaisir que je partageais souvent avec quelqu'un que je ne vois plus aujourd'hui et que du coup, je n'ai plus vraiment le coeur à ça ?

Un des derniers films que j'ai vu en salle et qui m'a vraiment marquée c'est "Better Things" de Duane Hopkins.

Hopkins a étudié la peinture et la photographie et ça se voit dans son film. Le cadre et la lumière sont sensationnels.

Il nous entraîne dans la réalité quotidienne et douloureuse des habitants d'un petit village du fin fond de l'Angleterre en nous révélant leurs rapports à la vie, la mort, l'addiction, la rupture, le manque..
"Un quotidien d'une insondable tristesse, rythmé par les injections d'héroïne, les prises d'amphétamines et les joints, qui trompent l'ennui et pimentent réunions de copains, mais aussi rendez-vous amoureux. En contrepoint de cette jeunesse en plein désarroi à l'aube de la vie d'adulte, Hopkins dépeint quelques personnages au crépuscule de l'existence" (extrait de la critique du film sur le site Europe 1).


Un film extraordinairement poétique mais réaliste et cru. Duane Hopkins ne prétend pas . Il montre, à la manière d'un documentariste.
Ce n'est pas une histoire, c'est des bouts de vie d'êtres humains qui se débattent avec leur existence.
La beauté mais aussi la dureté de cette existence. Ces personnages cherchent à surmonter l'isolement comme Gail ou la perte d'un être cher comme Larry. Que ce soit au travers d'une relation amoureuse ou bien par la drogue,
ils cherchent la sécurité et la stabilité. Mais parfois ils échouent.
Oui, parfois, quoi qu'on puisse y faire, on n'y arrive pas.
Et ce film parle notamment de ça.
C'est d'ailleurs peut être ce qui le rend dérangeant. Ce n'est pas par hasard s'il s'ouvre avec en voix off cette phrase si violente : "Elle savait que la vie était dure. Pourquoi s'est-elle dit que tomber amoureuse la rendrait plus facile ? Un tant soi peu, plus facile".
Ce film est une fiction mais ces vies là, ce sont possiblement aussi les nôtres.

"Better Things" est très contemplatif. Alors ça ne plaira pas à certains.
Je dois dire que la bande son y participe grandement.

Le réalisateur revendique d'ailleurs davantage des influences musicales que cinématographiques. Parce que, dit-il, "Avec la musique, vous n'analysez pas et vous ne cherchez pas à savoir où on vous emmène. Ca vous emporte et s'immisce de façon complètement inconsciente. Et vous faîtes ensuite les associations entre les choses, plus que réellement des connections concrètes."


Il faut alors le voir à mon sens comme une expérience. Car il est de ces films vous chamboulent à coup sûr, qui vous suivent et dont vous ne sortez pas indemnes. Je mets ma main à couper qu'après vous ne pourrez pas dire un mot et que vous y penserez longtemps.

Pour ma part par exemple, la scène qui suit reste empreinte dans ma mémoire.
Je me dis que moi aussi, je voudrais tellement pouvoir pardonner et que je n'y parviens pas.



video

La bande annonce c'est ici.



* extrait de 20 LO 7 de John & Jehn

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire